Du 3 novembre au 15 décembre inclus, de 9 heures à 19 heures (fermé le 11 novembre et les dimanches), le Conservatoire d'Aulnay rend hommage à Gustav Mahler, le célèbre compositeur autrichien précurseur de toute une nouvelle génération (l'Ecole de Vienne), et à Edward Elgar, compositeur anglais de la même époque (fin 19e-début 20e siècle) au travers d'une exposition.

 

Présentation de l'exposition :

 

" Des vies très différentes : 

mahler.jpgGustav Mahler a reçu une véritable formation musicale qu'il a achevée au conservatoire de Vienne. Toute sa vie quasiment, ses compositions seront accueillies le plus souvent avec hostilité. Mais il le dit, il l'écrit : "Mon temps viendra." A son époque, il est avant tout célèbre comme chef d'orchestre, et surtout comme chef d'opéra. . Mais il est juif, ce qui est un obstacle majeur à Vienne pour obtenir le poste de directeur de l'Opéra. Alors, Mahler se convertit au catholicisme. Opportunisme ? En partie seulement. Car le poste de Vienne, c'est le poste dont tout chef d'opéra rêve à cette époque. C'est à cette époque que Mahler compose (pendant les vacances, comme toujours) sa Quatrième symphonie. Mahler restera dix ans à Vienne, avant d'accepter une invitation de New York pour y diriger au Metropolitan. Usé par un rythme de travail écrasant, il ne fêtera pas ses 51 ans, et disparaît sans avoir véritablement obtenu la reconnaissance de ses pairs.

Elgar.jpgEdwar Elgar, lui, est un autodidacte. Catholique dans une société anglaise majoritairement protestante, d'origine modeste, il étudie avec acharnement les partitions et les traités musicaux que vend son père, petit marchand de musique et accordeur de pianos. Du jour au lendemain, vers la quarantaine, il devient enfin célèbre comme compositeur avec une oeuvre pour orchestre, les Enigma variations. Dès lors, son oeuvre va connaître un véritable foisonnement jusqu'au début des années 1920. Après le décès de son épouse, Elgar cesse quasiment de composer et se consacre à la direction de ses oeuvres et à leur enregistrement. Passionné par les progrès de la technique dans ce domaine, il laisse derrière lui près de cinquante heures de musique enregistrée, particulièrement précieuses pour les amateurs.

Dès l'entrée, le conservatoire, tout pavoisé, annonce la couleur : deux gigantesques drapeaux flottent dans le hall d'entrée, flanqués du poster de "leur" compositeur : Union Jack pour Elgar, et drapeau de l'ancienne Autriche-Hongrie pour Mahler.

L'exposition du conservatoire retrace le parcours biographique des deux compositeurs et leur environnement social et affectif. L'ensemble de l'espace du rez-de-chaussée au conservatoire est investi. Une quarantaine de cadres occupe les murs, tandis que la colonne centrale du hall donne à voir, d'un côté des instantanés de la société anglaise, de l'autre des photographies de la vie à Vienne. Dans le couloir qui relie les deux halls, on peut s'arrêter quelques minutes pour regarder deux petits films de trois minutes sur le même thème. La projection de ces vidéos est d'ailleurs incluse dans les deux concerts des 19 et 20 novembre. Dans l'espace dédié à chaque compositeur, le visiteur écoute en même temps ses oeuvres, diffusées en continu. "

 

 

Par ailleurs, nous rappelons le concert consacré aux oeuvres de Mahler et Elgar :

 

Concert

Samedi 19 novembre • 20h30

Dimanche 20 novembre • 16h

Sessiond'orchestre

oeuvres de Mahler et Elgar

Philippe Muller, violoncelle

Omo Bello, soprano

Orchestre symphonique du Conservatoire

Julien Guénebaut, direction

Deux oeuvres majeures du répertoire sym­phonique sont au programme de cette première session d’orchestre. Le concerto pour violoncelle d’Edward Elgar mettra à l’honneur Philippe Muller, concertiste de renommée internationale et professeur au Conservatoire, tandis que l’interprétation de la 4e symphonie de Gustav Mahler rendra hommage au compositeur, pia­niste et chef d’orchestre viennois disparu il y a tout juste un siècle.

 

Prix des places : 5€ - Billets en vente au secrétariat du Conservatoire à partir du 7 novembre.